Knockando Top Coupable 31 Octobre 1458

Procès ayant opposé Knockando au Duché d'Orléans (Domaine Royal)

Juge : Alienor28
Procès instruit par : Melisende560

Accusé : Knockando
Accusation : trouble à l'ordre public.

Témoins de l'accusation :Aurelien87

Témoins de la défense :

Sanction prononcée par la Cour :Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 6 jours.

Minutes du procès :

Acte d'accusation

An de grasce 1458 le 19 octobre

Procureur : Melisende560
Juge: Alienor28
Accusé : Knockando
Victime : Aurelien87
TOP Racket

*Melisende entre dans le tribunal va à la barre et pose un dossier devant elle *

Madame la juge je dépose ce dossier de trouble à l'ordre public devant vous. Dans la nuit du 17 au 18 octobre 1458, messire Knockando a racketté Monseigneur Aurélien87 et lui a dérobé tout ce qu' il avait.
Le préjudice se monte à 9 miches de pain, 9 maïs, 2 blés, 5 stères de bois, et 250 écus.
Je tiens à vous informer que messire Knockando est bien connu pour de tels méfaits, c' est un récidiviste.
*Melisende s'approche du juge et lui tend les preuves recueillies*

http://img696.imageshack.us/img696/9525/racket1.jpg
http://img220.imageshack.us/img220/3769/racket2.jpg

Je vous fais lecture des textes régissant le racket dans notre Duché

LIVRE III : DU DROIT PENAL :
Article XVIII :
Trouble à l'ordre public:

Se rend coupable de Trouble à l'ordre publique:

-Toute personne perturbant la sécurité, la salubrité et la tranquillité d'une cité de l'Orléanais ou du Duché d'Orléans.
-Toute personne se révoltant contre une mairie sans l'aval de la Chambre des Elus.
-Toute personne usant de la violence physique en taverne.
-Toute personne insultant, menaçant un sujet orléanais et/ou faisant pression sur un sujet Orléanais.
-Toute personne insultant, menaçant un sujet orléanais et/ou faisant pression sur un élu ou un représentant de l'ordre de l' Orléanais
-Toute personne usant de diffamation
-Tout personne usant de la force afin de s'octroyer les possessions d'autrui (racket)
-Toute personne incitant à commettre un crime ou un délit.

Madame la Juge en vertu de nos lois, le dossier est entre vos mains pour statuer sur ce trouble à l'ordre public et afin que justice soit rendue.

*Melisende s'en retourne à sa place attendant la plaidoirie de la défense. *

Première plaidoirie de la défense

Knockando s'avança à la barre.

Mes respects votre honneur.

Je voudrais commencer par demander au procureur à quel moment j'ai déjà était condamné pour racket ?

Il prétend que je suis récidiviste, peut-il donc me dire à quel moment j'ai été condamné ?

Ensuite, en examinant les soit-disant preuves, on peut s'apercevoir que c'est simplement des papiers, non officiels, sur lesquels il est mentionné que j'ai racketté cet Aurélien87, que je ne connais ni d'Eve, ni d'Adam !

Mais peut-être est-il vrai que de nos jours, les brigands laissent leur carte de visite après brigandage… drôle de coutume, ne croyez-vous pas ?

N'est-il pas venu à l'idée du procureur que ce même brigand est pu, pour avoir une impunité complète, donner comme identité la mienne pour ne pas être poursuivi ?

C'est vraiment me prendre pour un imbécile… car si je devais brigander, ce qui n'est évidemment pas le cas, je le ferais de façon masqué sans décliné ma vrai identité.

Voilà votre honneur, visiblement il faut un coupable pour ce crime, et le procureur n'a pas vraiment était loin pour le trouver, pas d'enquête de la maréchausée, juste un nom écrit sur un bout de parchemein, et ça lui suffit…

Cela me semble un peu léger, et je suis sûr, votre honneur, que la vérité éclatera et que vous me blanchirez de tout cela.

Merci de m'avoir écouté votre honneur.

Knockando alla s'assoire en écoutant la suite des débats.

Réquisitoire de l'accusation

*Melisende écoute la plaidoirie de messire Knockando, ne pouvant s'empêcher de sourire légèrement à ses paroles.
Elle s'approche à son tour de la barre.*
Madame la juge

Avant toute chose, je voudrais vous lire le témoignage de Monseigneur Aurélien. Celui-ci après cette malencontreuse aventure ne pouvait malheureusement demeurer dans notre duché, puisque ses fonctions d'archevêque de Bordeaux l'appellent au couronnement du duc de Guyenne, et m'a alors envoyé une missive pour me faire part de ce qui s'était passé.
[quote] * Expéditeur : Aurelien87 de Maledent de Feytiat

  • Date d'envoi : 20/10/2010 - 00:49:35
  • Titre : Re: Re: Re: Re: Re: votre dépôt de pl
  • Bonjour dame Melisende, je la confie à vos bons soins pour qu'elle soit lue devant le juge:

Votre honneur,
comme l'a fort justement rappéle le procureur dans son acte d'accusation, j'ai bien été victime de cet individu répondant au prénom de Knockando. Les faits se sont produits dans la nuit du 17 au 18 octobre. Comme vous le savez, je suis le Grand Aumonier de France, et je venais d'achever l'intronisation du nouvel archeveque de Reims. J'ai prit la route très rapidement, car je suis attendu à Bordeaux pour le couronnement du Duc de Guyenne, puisque je suis également archeveque de Bordeaux. Je suis un prélat qui ne gagne que ce dont il a besoin. Ainsi, messire Knockando m'a racketté de l'ensemble de mes biens, tant en nouriture qu'en argent. J'avais sur moi 9 pains et 9 mais pour subvenir à mes besoins pendant mon voyage, ainsi que 2 blés pour ma culture à mon retour de Bordeaux, 5 steres de bois et 250 écus, fruits de mon travail aupres de votre université et de celle de Champagne. Ce sont mes seuls deniers, et je vais me voir contraint à ralentir mon voyage. Je suis très faible, n'ayant rien pu manger depuis 2 jours, et je pourrai atteindre de ville que d'ici quelques jours. ainsi, messire Knockando, non seulement m'a dépouillé de mes biens, mais il met également ma vie, celle d'un prélat reconnu et apprécié, en grand danger.

Je fais parvenir cette missive par pigeon à votre procureur, pour que vous entendiez mon témoignage.

Fait, quelque part sur les routes du Royaume, en grand état de faiblesse, ce 20 octobre 1458

Mgr Aurélien Maledent de Feytiat[/quote]
*Melisende repose la missive de Monseigneur Aurélien et se retourne vers le prévenu*
Messire Knockando, tout d'abord sachez qu'il n'est pas dans mes habitudes de répondre aux questions des prévenus. D'ailleurs à ce propos je remarque que vous me semblez bien sur le qui-vive à me poser deux fois la même question. Auriez-vous donc d'autres faits à vous reprocher ?
*puis se retournant vers la juge*
Madame la juge,
Messire knockando nie tous les faits, parlant de « soi-disant preuves ». Devons nous penser un seul instant que les personnes au service de la maréchaussée soient capables de fournir au procureur des « papiers » non officiels ? Cela est une injure à leur profession !
Si vous vous en référez au témoignage de messire knockando, selon lui, je cite « cet Aurélien87, que je ne connais ni d'Eve, ni d'Adam.
Madame la juge, restons sérieux, pouvons nous imaginer un seul instant messire knockando nous avouer connaître Monseigneur Aurélien ; bien sûr que non, il choisit sa victime au détour d'un chemin et ne lui demande pas son nom ; tout ce qui l'intéresse sont les biens et valeurs ! Par contre je peux vous assurer que celui qui se fait brigander est marqué à vie par ce qu'il vient de lui arriver.
Le témoignage de messire Aurélien87 est clair ; il a tout à fait reconnu son racketteur, la seule chose qu'il pouvait faire étant de se mémoriser, lors de ce tragique instant, le visage de cet homme qui l'a dépouillé de tout,
Aujourd'hui messire Aurelien87 est sur les chemins, affaibli, sans le sou et face à nous madame la juge, cet homme messire Knockando, dans le déni complet de ce qu'on l'accuse malgré les preuves évidentes.
En conséquent, madame la juge, je vous demande donc, de condamner messire Knockando à 100 écus d'amende et 6 jours de prison ferme.
*melisende, donne le parchemin de monseigneur Aurélien au juge, avant de s'en retourner à sa place pour y attendre le verdict.*

Dernière plaidoirie de la défense

Knockando s'avança de nouveau à la barre…

Que voilà plaidoirie fort surprenante… Je ne compte même plus les incohérences de l'accusation, tant il y a en a…

Enfin, je vais m'efforcer de répondre point par point, et toute la vérité éclatera enfin au grand jour : mon innocence !

[quote]Les faits se sont produits dans la nuit du 17 au 18 octobre[/quote]A cette date, je n'étais même pas ici ! J'étais en Champagne, c'est donc là bas que ce procès devrait avoir lieu, non ?

[quote]j'ai bien été victime de cet individu répondant au prénom de Knockando.[/quote]Tiens donc, alors j'aurais procédé ainsi : bonjour, je suis Knockando, et je vais vous dépouiller ! Soyons sérieux votre honneur… cela ne tient pas debout une minute !

[quote]Messire Knockando, tout d�abord sachez qu�il n�est pas dans mes habitudes de répondre aux questions des prévenus.[/quote]Ce n'était pas une question, juste de me montrer les preuves d'un précédent, puisque vous avez insinué que j'étais récidiviste ! La simple date d'un autre procès m'aurait suffit… et il me semble que cela aurait intéressé le juge ! Non, votre honneur, le procureur n'a pas montré ces preuves car elles n'existent tout simplement pas… sinon, croyez bien qu'il aurait été le premier à les montrer !

[quote]Messire knockando nie tous les faits, parlant de « soi-disant preuves ». Devons nous penser un seul instant que les personnes au service de la maréchaussée soient capables de fournir au procureur des « papiers » non officiels ? Cela est une injure à leur profession ! [/quote]Relisez ces papiers votre honneur, ils n'émanent pas de la maréchaussée, mais bien de la victime d'un brigandage, visiblement perturbée par son agression… il n'y a pas eu d'enquête de la maréchaussée, pas de confrontation, je n'ai même pas vu un seul membre des forces de l'ordre, et je suis venu dans ce tribunal de mon plein grès… jamais je n'ai insulté la maréchaussée, que je respecte beaucoup !

[quote]restons sérieux, pouvons nous imaginer un seul instant messire knockando nous avouer connaître Monseigneur Aurélien ; bien sûr que non, il choisit sa victime au détour d�un chemin et ne lui demande pas son nom[/quote]Tiens donc, je briganderais au détour d'un chemin sans demander le nom de la victime, mais en donnant le mien ! Bien étrange façon d'opérer que voilà…

En conclusion votre honneur, l'accusation ne repose sur rien, sur seulement des propos tenus par une malheureuse victime, toute retournée par le calvaire qu'elle vient de subir…

Depuis lors, il n'y a jamais eu confrontation, comment cette malheureuse victime aurait-elle pu me reconnaitre ?

Je déplore fortement son absence à ce procès, qui aurait levé le voile sur ce malheureux malentendu…

Je vous demande donc votre honneur que justement mon honneur soit lavé, et ne demanderais en réparation qu'un écu symbolique de la part de Messire Aurélien87

L'accusation a appelé Aurelien87 à la barre

Verdict de la Cour

*Après un long délibéré, la Juge entra dans la salle d'audience et fit lever les présents. Elle s'assit et prit ses notes *

Messire Knockando,

Vu les textes de loi concernant la possession des biens d'autrui et le délit de brigandage,

Attendu que l'accusation a rapporté ici, la preuve que vous avez violé ces dispositions,

Attendu que votre défense bien que longue et fort détaillée, n'a pas permis à aucun moment de mettre à mal l'accusation

Attendu que vous avez ainsi commis le délit de trouble à l'ordre public,

Attendu que le délit de brigandage est particulièrement grave parce que s'en prenant à l'intégrité physique et aux bonnes m'urs à l'encontre de nos justiciables

Nous, Alienor28, juge de l'Orléanais, vous reconnaissons coupable des faits qui vous sont reprochés et vous condamnons à une peine de 6 jours de prison ferme.

Naturellement, nous ne donnons pas suite à votre demande de dommages et intérêts en réparation à un préjudice imaginaire.

Prévôt, vous veillerez au parfait accomplissement de la peine.

Gardes, veuillez emmener le condamné.

La séance est levée.

*Alienor tape avec son marteau sur le bureau *

Orléans, le 31 octobre de l'an de grasce 1458

Alienor
Juge de l'Orléanais

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License